Reprise de la location au deuxième semestre dans l’immobilier à Marrakech

Immobilier-Marrakech

Le secteur immobilier à Marrakech et au Maroc est assez instable. De nombreux facteurs influencent le déroulement des transactions, ainsi que leur nombre. En fonction des saisons et des évènements, les prix des biens mis sur le marché augmentent, avec pour conséquence la baisse du nombre des transactions. De même, lorsque les prix baissent, le nombre de transactions augmente. Les prix varient en fonction de plusieurs paramètres comme la situation géographique, l’âge du bien, sa superficie, la période de l’année, etc. Il est recommandé de se rapprocher d’une agence immobilière Coté Médina agréée lorsque l’on souhaite effectuer une transaction dans le secteur. Ceci évite de nombreux désagréments et assure des transactions en toute sécurité.

Le marché des biens immobiliers à Marrakech et au Maroc concerne les biens à acheter ou à vendre, les terrains, les locaux commerciaux, mais aussi les locations. Depuis quelques mois, on observe une hausse des besoins en location dans les différentes villes du Maroc. Ce phénomène peut être en partie justifié par la période estivale qui est souvent favorable au marché des biens locatifs. En effet, le nombre de locations augmente pendant cette période. Dans la ville de Tanger, on a enregistré 65% des demandes globales, à raison d’un prix moyen de 64 dirhams le mètre carré. Dans la ville de Rabat, la proportion des demandes de location se chiffre à 62% pour un prix moyen s’élevant à 82 dirhams le mètre carré. Quant à la ville d’Agadir, elle affiche un taux de demandes à 58%, pendant qu’à Marrakech on enregistre 57% des demandes de location. La ville de Casablanca vient juste derrière avec 56% de demandes.

Ce sont là les chiffres enregistrés sur un site marocain de réservation immobilière. Si on fait une comparaison par rapport à la situation du secteur immobilier à Marrakech et dans les autres villes du Maroc, à la fin du premier semestre, on note des différences. On constate qu’il y a eu accélération de la demande en locations dans la plupart des grandes villes du Maroc, mais cette accélération est faible, voire même descendante à Casablanca. D’après les données du même site, la demande en location aurait baissé d’environ 3% à Casablanca. Pourtant à Rabat elle a augmenté de 14%, à Marrakech elle a cru de 12%, à Tanger de 9%, à Agadir de 8% et à Fès de 3%. Pour ce qui est des ventes, les prix se sont stabilisés, dans la région du Grand Casablanca, le mètre carré se vend à un prix moyen de 13 200 dirhams.